Cameroun : La BEAC préoccupée par la rareté des pièces de monnaie

Cameroun :

La BEAC  préoccupée par la rareté des pièces de monnaie

Depuis bientôt un an, il est difficile d’emprunter un taxi, de se faire rembourser dans un super marché, un Call box, une pharmacie, un commerce.

A chaque moment on entend « Vous avez la monnaie ? » ou alors «  Je n’ai pas de monnaie ».  Une situation qui crée des conflits entre prestataire et bénéficiaires de certains services. Soit parce qu’il est difficile de se faire rembourser, ce qui fait perdre d temps, soit parce qu’on ne veut pas lasser « sa monnaie » à un prestataire de services.

Dans tous les rues de Yaoundé, les Camerounais se plaignent de la rareté des pièces de monnaie dans le circuit économique. Cette rareté inquiète la Banque des Etats de l’Afrique centrale ( BEAC)  qui a décidé d’ouvrir une enquête sur le phénomène de disparition des pièces d’argent de la circulation. L’annonce a été faite par le gouverneur de la banque centrale de la CEMAC au cours du 4è Comité de politique monétaire de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac) tenu le 18 décembre à Yaoundé.

L’institution bancaire de la Cemac dit avoir appris le phénomène de rareté de pièces de monnaie par voie médiatique et n’a pas encore jusqu’ici des informations précisent dessus. « Je n’en ai pas connaissance de façon précise. Mais je sais que par voie de presse, nous avons appris qu’il y a des comportements de certaines entreprises qui, non seulement transfèrent des pièces de monnaie FCFA, mais exportent ces pièces », a déclaré Abbas MahamatTolli, Gouverneur de la BEAC.

Et comme la Beac n’a pas assez d’information sur le phénomène, il a ajouté qu’une enquête a été ouverte pour en savoir d’avantage.  « Nos services mènent des enquêtes avec les autorités des pays membres [de la Cemac] pour déterminer l’ampleur de ce phénomène afin de nous doter des moyens pour le circonscrire. Il y a déjà des mesures d’interdictions qui sont prises çà et là. C’est un sujet sur lequel nos équipes sont à pied d’œuvre pour déterminer l’ampleur, les circuits, et l’historicité », précise le tchadien.

Pour rappel, c’est en novembre 2018, que la chaîne de télévision privée camerounaise, Equinoxe TV, a diffusé un reportage montrant dans un quartier à Douala, où la gendarmerie a saisit une cargaison de pièces d’argent d’une valeur de 2 millions FCFA chez un expatrié. Selon les enquêteurs du groupement de gendarmerie en charge de l’enquête, le manège consiste pour des expatriés, notamment des Asiatiques, à faire sortir du Cameroun des pièces de 50 et 100 FCFA collectées dans des machines à sous et exfiltrer en grosse quantité, via des containers pour les recycler dans la fabrication de biou.

Affaire à suivre

Joël Ngando

Please follow and like us:
error20
fb-share-icon0
Gaelle MAMBOU
Par
Joel Ngando

Laisser un commentaire

EnglishFrench
Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial
Facebook0
risus id vulputate, Donec neque. libero id, felis tristique leo eleifend