Le Port Autonome de Douala accuse Jeune Afrique : « de faux chiffres accompagnés d’informations erronées »

Dans son édition de la semaine du 9 au 15 février 2020, le magazine Jeune Afrique aurait publié des faux chiffres accompagnés d’informations erronées sur les navires en attente à la bouée de base (zone normale d’escale), le 27 janvier 2020 et le temps de séjour à quai. L’accusation provient du Port autonome de Douala (PAD).

L’hebdomadaire panafricain est accusé de publier de faux chiffres, accompagnés d’informations erronées sur les activités récentes de la Régie du Terminal à conteneurs plus exactement. Le PAD a réagit à un article que lui a justement consacré Jeune Afrique.

Dans un communiqué rendu public le 9 février, l’entreprise portuaire accuse l’hebdomadaire panafricain de faire partie d’un complot médiatique visant à « discréditer la Régie du terminal à conteneurs (RTC) » qu’elle a créée pour remplacer la société du Groupe Bolloré, Douala international Terminal.

« Dans sa livraison de ce 9 février 2020, le journal de Bechir Ben Yamed publie des faux chiffres accompagnés d’informations erronées sur les navires en attente à la bouée de base (zone normale d’escale), le 27 janvier 2020 et le temps de séjour à quai. Le début de cet article tiré par les cheveux en dit long sur les intentions de ce journal », conteste le Port de Douala.

L’autorité portuaire fait savoir que la RTC « a repris avec succès l’exploitation du terminal à conteneurs, à la fin de la concession de DIT, et selon les dispositions prévues par le contrat et les textes législatifs et réglementaires du Cameroun ».

Environ 34 000 conteneurs manutentionnés par la RTC en un mois de fonctionnement 

En un mois de fonctionnement, poursuit le PAD, la RTC a manutentionné environ 34 000 conteneurs et réalisé un chiffre d’affaires de 4.060 000 000 de FCFA aux tarifs réduits de 10% accordés aux opérateurs économiques sur la manutention terre. « Une performance au regard de l’état de vétusté avancée des équipements et de délabrement des infrastructures et superstructures héritées par la jeune entité ».

Le Port Autonome de Douala ajoute à l’intention des « journaux à la solde des puissances d’argent » que la création de la Régie du terminal à conteneurs est une volonté affirmée de l’État du Cameroun, propriétaire du Port de Douala. Pour lui, « l’exploitation de la Régie déléguée du PAD est loin de l’enlisement dont parle Jeune Afrique et les intérêts qu’il sert ».

Please follow and like us:
error20
fb-share-icon0
Gaelle MAMBOU

Laisser un commentaire

EnglishFrench
Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial
Facebook0
ante. commodo velit, eleifend non odio consequat.