En Ethiopie, 35 000 étudiants ont fui leurs universités

Vingt-deux des quarante-cinq établissements supérieurs du pays ont été le théâtre d’affrontements qui ont fait douze morts depuis novembre 2019.

#BringBackOurGirls. Le hashtag qui avait inondé les réseaux sociaux après l’enlèvement des lycéennes de Chibok au Nigeria fait son retour sur la Toile, posté par des Ethiopiens de plus en plus inquiets. Depuis le 4 décembre 2019, douze étudiants de l’université de Dembi Dollo, dans l’ouest du pays, originaires de la région Amhara, ont disparu, kidnappés. Une jeune femme, qui dit s’être échappée, a raconté à la presse locale qu’une dizaine d’hommes armés de bâtons les avaient emmenés dans la forêt après que son groupe eut fui le campus miné par des affrontements entre Amhara et Oromo.

Cet épisode, qui a conduit à une intervention du chef de gouvernement devant le Parlement le 3 février, n’est qu’un chapitre de plus dans la flambée de violence qui secoue le monde universitaire éthiopien depuis novembre 2019. Comme si ce microcosme vivait par procuration les conflits latents dans ce pays morcelé où plus de soixante-dix langues sont parlées et où Amhara (26,9 %) et Oromo (34,5 %) constituent deux communautés hétérogènes.Lire aussi  En Ethiopie, la grande fête orthodoxe de Timkat à l’heure des tensions religieuses

Samedi 1er février, une trentaine d’étudiants de l’université d’Ambo, réunis dans un hôtel de la ville dans la région d’Oromia, échangent afin d’identifier les raisons des heurts, la manière de les appréhender. Mesfin Manazé, un doctorant, anime cet atelier, financé par la fondation américaine National Endowment for Democracy, pour désamorcer les tensions à l’heure où 35 000 étudiants manquent à l’appel dans le pays sur un total de plus de 760 000. Ils ne sont tout simplement pas revenus après le Noël orthodoxe.

Violences entre Amhara et Oromo

Engagée à exprimer ses craintes, Wenraya Abela, en troisième année de littérature et d’anglais, raconte comme elle est « tout le temps sous tension car on ne sait jamais quand cela va se déclencher. Même si je suis de Gambella et que les conflits impliquent d’abord Amhara et Oromo, je suis touchée, triste quand un camarade est blessé ». Au moment des violences, la femme de 20 ans était en dehors du campus, terrée dans un magasin pendant une nuit par peur des agressions, notamment sexuelles. « C’est très très dur pour une femme. J’ai failli quitter l’université plusieurs fois », confie-t-elle, un brin soulagée de se sentir épaulée dans cet atelier qui rassemble des jeunes engagés dans les associations étudiantes, chargés ensuite de prêcher la bonne parole auprès de leurs camarades.

La vague de violences a commencé à la faculté de Woldiya, en région Amhara le 9 novembre 2019. Une dispute, qui a mal tourné après la diffusion d’un match de football, entraîne la mort de deux étudiants et les blessures de treize autres. Très vite, l’incident attise la colère dans d’autres établissements publics et, quelques jours plus tard, deux autres étudiants sont tués à l’université de Dembi Dollo et dans celle de Diré Dawa, à 500 kilomètres à l’est d’Addis-Abeba.Lire aussi  En Ethiopie, les tensions pourraient entraîner le report des élections

« Un soir, des Amhara et des Oromo ont commencé à se jeter des pierres, se souvient Ahmed Ali Hassan*, qui préfère témoigner à la tombée de la nuit dans la maison d’un proche par peur des représailles. Les Oromo ont su qu’il y avait un Amhara au quatrième étage du dortoir. Ils sont venus à cinq ou six et l’ont jeté par la fenêtre. » Le scénario se reproduit encore le 28 décembre 2019, entraînant cette fois la mort d’un jeune Oromo. Les cours sont interrompus pendant un mois et une grande conférence pour la paix est organisée le 28 janvier. Mais deux semaines après la reprise des cours, beaucoup manquent encore à l’appel, comme dans la classe de l’étudiant somali de 24 ans, où seul un tiers sont revenus passer leurs examens.

« Le campus, parfait terrain de conflit »

Si le ministère de la science et de l’enseignement supérieur n’a pas communiqué de bilan officiel total, ces échauffourées entre les deux plus importantes communautés d’Ethiopie ont entraîné la mort d’au moins douze personnes selon Amnesty International et de nombreux blessés. Bien sûr, elles ne sont pas nouvelles dans le pays, mais leur tournure communautaire et leur impact ont choqué l’opinion publique dans ce pays où les universités poussent comme des champignons depuis une quinzaine d’années.

Zekarias Beshah Abebe, professeur assistant de droit à Debre Berhan, regarde les faits avec un certain fatalisme, rappelant que « le cadre universitaire constitue un terreau fertile pour les violences ethniques, car des dizaines de milliers de jeunes étudiants, d’origines ethnique, culturelle et religieuse différentes cohabitent souvent pour la première fois ». Leur présence sur un même lieu, avec un accès aux actualités politiques grâce à Internet, « fait du campus universitaire le parfait terrain de conflit pour des élites qui s’affrontent pour le pouvoir », ajoute l’universitaire.Article réservé à nos abonnés Lire aussi  En Ethiopie, la ville d’Adama sous le choc des violences

Reste que comme l’analyse Mesfin Manazé, doctorant qui a travaillé pour l’administration universitaire, la situation s’est exacerbée suite à un changement dans la répartition des lycéens dans les facultés, gérée par le ministère de la science et de l’enseignement supérieur. Elle est fondée sur les résultats, les trois choix émis par le candidat et un tirage au sort. Pendant longtemps, la majorité des jeunes étaient affectés dans des régions qu’ils ne connaissaient pas, mais la tendance a changé il y a six ou sept ans.

Facultés fermées, couvre-feu

« Aujourd’hui, on trouve clairement dans les universités davantage d’étudiants originaires du coin. Ce qui entraîne une forme de domination vis-à-vis des jeunes des communautés minoritaires », analyse le trentenaire, qui pointe également l’homogénéité ethnique du personnel administratif en qui les élèves d’autres communautés « n’ont pas confiance pour évoquer leurs préoccupations ».

Pour éviter la spirale de la violence, plusieurs facultés ont temporairement fermé, un couvre-feu a été instauré et la police fédérale s’est déployée dans tous les établissements d’enseignement supérieur du pays. A Diré Dawa, le président de l’université a même été limogé, des caméras ont été installées et les cartes d’étudiant ont été remplacées pour empêcher leur falsification. Pour les officiels comme pour les jeunes, l’influence d’activistes extérieurs ne fait aucun doute.

Restez informés — Recevez l’essentiel de l’actualité africaine sur WhatsApp avec Le Monde AfriqueRejoignez-nous !

« Des militants politiques utilisent les étudiants comme un outil de mobilisation et les universités comme un terrain de jeu pour leur propagande », assure Aregay Negash, qui étudie les sciences politiques. Le ministère a annoncé des mesures disciplinaires à l’encontre de 640 étudiants et 40 professeurs mais, selon Atnaf Berhane, le cofondateur du centre pour l’avancement des droits et de la démocratie à l’initiative des ateliers de prévention, « la punition ne résout rien. Cela n’a jamais empêché les affrontements d’éclater ».

Il assure que les exclusions peuvent même provoquer un sentiment d’injustice et entraîner d’autres confrontations. Pour lui, « les autorités doivent aller davantage vers les jeunes et réduire le fossé qui s’est creusé entre eux ». Wenraya, Aregay et d’autres restent attachés à ce système de répartition des étudiants qui garantit une certaine mixité. Un premier apprentissage au vivre-ensemble dans un pays qui a du mal à se tisser une unité.

Please follow and like us:
error20
fb-share-icon0
Gaelle MAMBOU

Laisser un commentaire

EnglishFrench
Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial
Facebook0
efficitur. quis, commodo ante. luctus sed nunc sem, felis justo