Trafic Transfrontalier : un mot d’ordre de grève des transporteurs gabonais paralyse le Cameroun

Les transporteurs gabonais dénoncent les tracasseries routières qui jonchent l’axe menant de Libreville au marché transfrontalier d’Abang-Minko’o au Cameroun.

Le trafic routier est paralysé sur l’axe menant de Libreville au marché transfrontalier d’Abang-Minko’o au Cameroun. En cause, un mot d’ordre de grève pour une durée indéterminée que les transporteurs gabonais ont lancé depuis le 20 janvier dernier. L’objectif est de dénoncer les tracasseries routières qui jonchent cet axe.

Tracasseries routières

En effet, les transporteurs des vivres frais et autres denrées alimentaires se plaignent de l’augmentation des postes de contrôle sur le corridor Libreville- Abang-Minko’o. Mais aussi de la hausse des taxes douanières sur la banane plantain au niveau de Bitam.

A titre d’exemple, on dénombre à ce jour 17 postes de contrôle entre Eboro et Bitam. Une quarantaine entre Eboro et Libreville. Des postes  qui constituent des véritables lieux où les usagers se font extorquer de l’argent. « Est-ce pour des fins sécuritaires que le maire a ordonné ceci. Ou bien c’est juste pour ratisser les poches des usagers ». Se questionne Roger Menye, un transporteur gabonais.

Le Diktat des Gabonais

Ces nouvelles taxes douanières imposées aux transporteurs et commerçants créent de vives tensions. Selon le journal Avenir Hebdo, l’on est passé d’un dédouanement de 70 000 à 200 000 FCFA pour un canter de banane plantain sans  explication. Certains affirment que ces décisions viennent des autorités de Libreville « qui sont couchées sur leurs lauriers ne connaissant pas les réalités sur le terrain ».

Pour répondre aux différentes préoccupations, plusieurs plaintes avaient été déposées à l’attention des autorités compétentes. Notamment au niveau de Bitam et Libreville pour dénoncer les deux aspects tracassiers à savoir les contrôles routiers et la fiscalité. De même, une réunion présidée par le Préfet du Woleu-Ntem s’est tenue le 13 décembre 2019. Une rencontre qui s’est soldée par plusieurs résolutions en faveurs des plaintes. Comme souvent, aucune de ces résolutions n’a été appliquée jusqu’à ce jour.

Please follow and like us:
error20
fb-share-icon0
Gaelle MAMBOU

Laisser un commentaire

EnglishFrench
Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial
Facebook0
et, id odio ut nunc Nullam commodo commodo Curabitur