Cameroun: opération militaire à Babanki, les ONG parlent de victimes civiles

Plus d’une dizaine de personnes ont été tuées lors d’une opération militaire en zone anglophone samedi 29 février dans la région du Nord-Ouest. L’armée parle d’une opération contre des combattants séparatistes anglophones. Les ONG parlent de victimes civiles.

Selon l’armée, l’opération militaire visait des combattants séparatistes dans le village de Babanki, à environ 40 km au nord de la ville de Bamenda. Une opération en représailles à une attaque menée 48 heures auparavant par des séparatistes anglophones sur une position de l’armée à quelques kilomètres de là.

Lors de cette opération samedi, les militaires sont entrés dans le village vers 2 heures du matin et ont ciblé quelques habitations. Selon un porte-parole de l’armée, dix combattants, des terroristes « ambazoniens » ont été neutralisés. Parmi lesquels se trouvait un leader séparatiste, le général Fire. Des armes, des AK-47 ont également été saisies.

Mais selon plusieurs organisations de la société civile, le bilan serait plus élevé. On parle de 7 combattants et d’une dizaine de civils tués, principalement des femmes et des enfants. Les autorités locales n’ont pas réagi.

« Tout le monde a peur », explique un membre d’une ONG qui souhaite garder l’anonymat. Depuis le massacre de Ngarbug il y a 15 jours, où l’armée est accusée d’avoir tué 21 civils, dont de nombreux enfants, « plus personne n’ose témoigner ni condamner les exactions de l’armée ».

Please follow and like us:
error20
fb-share-icon0
richard fopa
Author: richard fopa

Laisser un commentaire

EnglishFrench
Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial
Facebook0
Nullam ut Lorem Praesent commodo sed ipsum