Primaires démocrates : Elizabeth Warren renonce sans se ranger derrière Bernie Sanders

La sénatrice du Massachusetts a décidé de renoncer, jeudi, à la course à l’investiture démocrate.

Elizabeth Warren s’adresse aux médias devant chez elle, à Cambridge (Massachusetts), le 5 mars.
Elizabeth Warren s’adresse aux médias devant chez elle, à Cambridge (Massachusetts), le 5 mars. STEVEN SENNE / AP

Elizabeth Warren ne sera pas en 2020 la première femme élue présidente des Etats-Unis. La sénatrice du Massachusetts, après une série de résultats très décevants, y compris dans son propre Etat, a décidé de renoncer, jeudi 5 mars, à la course à l’investiture démocrate. Le plafond de verre, contre lequel Hillary Clinton s’était heurtée en 2016, va tenir encore une élection présidentielle.

Il en a coûté à la sénatrice de reconnaître qu’elle ne serait pas capable de tenir cet engagement. « L’une des choses les plus difficiles dans tout cela est ce qu’il va advenir de tous ces “promis, juré” » – ces promesses faites, auriculaires liés, avec ses plus jeunes supportrices, a-t-elle dit, très émue. « Toutes ces petites filles vont devoir attendre encore quatre ans, ça va être dur », a ajouté Elizabeth Warren.

Elizabeth Warren fait, un pacte « promis, juré » avec  Ming'Le Planter, 6 ans, à Charleston 5caroline du Sud), le 14 février.
Elizabeth Warren fait, un pacte « promis, juré » avec  Ming’Le Planter, 6 ans, à Charleston 5caroline du Sud), le 14 février. MATT ROURKE / AP

Après des débuts difficiles liés à une controverse sur ses origines en partie amérindiennes, la campagne d’Elizabeth Warren avait trouvé sa vitesse de croisière grâce à un programme charpenté qu’elle avait réussi à traduire en courts slogans. « J’ai un plan pour ça », pouvait-elle répondre pour chaque dossier. Elle plaidait en faveur de « grands changements structurels », dont sa taxe sur les grosses fortunes qui prévoyait de prélever deux centimes sur chaque dollar au-delà de 50 millions de dollars (45 millions d’euros), afin de financer de généreux programmes sociaux.

Ephémère favorite

Au début du mois d’octobre 2019, sa progression dans les intentions de vote, étayée par une véritable capacité à collecter les dons de campagne, en avait fait une éphémère favorite, d’autant que son rival à gauche, Bernie Sanders, était affaibli par une attaque cardiaque. Les tergiversations de la sénatrice à propos du financement d’un programme de protection santé universelle ont cependant terni sa crédibilité, ce dont a tiré profit le sénateur du Vermont.

L’ambition d’Elizabeth Warren était de tirer le plus possible à gauche les démocrates, sans aller jusqu’à se présenter comme une « démocrate socialiste », l’étiquette revendiquée par Bernie Sanders. La sénatrice a cependant été prise en étau entre la résilience de ce dernier et l’improbable come-back de l’ancien vice-président, Joe Biden, qui défend des positions plus modérées.

Elle s’est maintenue après une première alerte dans le New Hampshire, le 10 février, espérant devenir une candidate de compromis pour le cas où aucun candidat n’obtiendrait la majorité des délégués nécessaires pour être désigné. Après avoir rechigné, elle a attaqué Bernie Sanders dans les derniers jours de sa campagne. C’est « un sénateur qui a de bonnes idées mais dont les trente années d’expérience montrent qu’il réclame constamment des choses qu’il ne parvient pas à obtenir, et qui s’oppose toujours à des choses qu’il ne parvient pas à arrêter », a-t-elle assuré lors d’un meeting à Houston, au Texas.

Please follow and like us:
error20
fb-share-icon0
richard fopa
Author: richard fopa

Laisser un commentaire

EnglishFrench
Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial
Facebook0
Praesent venenatis consequat. quis, elementum vulputate,