02 septembre 2020 à 09h27 | Par Jeune Afrique avec AFP Les nouveaux députés tunisiens lors de l’ouverture de la session parlementaire, le 13 novembre 2019 à Tunis (image d’illustration). Les députés tunisiens ont approuvé dans la nuit le gouvernement de technocrates présenté par Hichem Mechichi, évitant la dissolution de l’Assemblée. Les députés tunisiens ont approuvé dans la nuit du 1er au 2 septembre, le gouvernement de technocrates présenté par Hichem Mechichi , le second cabinet en six mois. L’équipe constituée par l’ex-ministre de l’intérieur Hichem Mechichi, composée de juges, universitaires, fonctionnaires et cadres du privé, a obtenu 134 voix sur 217. « Je suis fier de ce soutien », a déclaré le premier ministre à l’Agence France-Presse (AFP) à l’issue du vote, ajoutant que le gouvernement pourra « avancer sur les problèmes économiques, du moment qu’il ne se retrouve pris dans aucun tiraillement politique ». Après un bras de fer entre le président Kaïs Saied, un universitaire farouchement indépendant, et la formation d’inspiration islamiste Ennahdha, principal bloc parlementaire, M. Saied avait chargé fin juillet Hichem Mechichi de composer une équipe apolitique, à contre-courant des principaux partis. Mais c’est paradoxalement grâce à Ennahdha et à ses alliés, dont le parti libéral Qalb Tounes, que ce dernier arrive au pouvoir, un retournement augurant de nouvelles tensions. Pour le président du Parlement et chef de file d’Ennahdha Rached Ghannouchi, l’Assemblée « a montré qu’elle était le cœur du pouvoir dans ce pays ». Ce gouvernement « peut régler les problèmes économiques, sanitaires, sécuritaires, je suis persuadé de sa réussite », a-t-il ajouté. Réserves sur le cabinet Ennahda, Qalb Tounes et d’autres ont néanmoins exprimé d’importantes réserves sur le cabinet, qu’ils espèrent pouvoir remanier partiellement. Les ministères régaliens ont été confiés à trois spécialistes du droit, sans carrière politique et inconnus du grand public.

02 septembre 2020 à 09h27 | Par Jeune Afrique avec AFP

Les nouveaux députés tunisiens lors de l'ouverture de la session parlementaire, le 13 novembre 2019 à Tunis (image d'illustration).

Les députés tunisiens ont approuvé dans la nuit le gouvernement de technocrates présenté par Hichem Mechichi, évitant la dissolution de l’Assemblée.

Les députés tunisiens ont approuvé dans la nuit du 1er au 2 septembre, le gouvernement de technocrates présenté par Hichem Mechichi , le second cabinet en six mois. L’équipe constituée par l’ex-ministre de l’intérieur Hichem Mechichi, composée de juges, universitaires, fonctionnaires et cadres du privé, a obtenu 134 voix sur 217.

« Je suis fier de ce soutien », a déclaré le premier ministre à l’Agence France-Presse (AFP) à l’issue du vote, ajoutant que le gouvernement pourra « avancer sur les problèmes économiques, du moment qu’il ne se retrouve pris dans aucun tiraillement politique ».

Après un bras de fer entre le président Kaïs Saied, un universitaire farouchement indépendant, et la formation d’inspiration islamiste Ennahdha, principal bloc parlementaire, M. Saied avait chargé fin juillet Hichem Mechichi de composer une équipe apolitique, à contre-courant des principaux partis. Mais c’est paradoxalement grâce à Ennahdha et à ses alliés, dont le parti libéral Qalb Tounes, que ce dernier  arrive au pouvoir, un retournement augurant de nouvelles tensions.

Pour le président du Parlement et chef de file d’Ennahdha Rached Ghannouchi, l’Assemblée « a montré qu’elle était le cœur du pouvoir dans ce pays ». Ce gouvernement « peut régler les problèmes économiques, sanitaires, sécuritaires, je suis persuadé de sa réussite », a-t-il ajouté.

Réserves sur le cabinet

Ennahda, Qalb Tounes et d’autres ont néanmoins exprimé d’importantes réserves sur le cabinet, qu’ils espèrent pouvoir remanier partiellement. Les ministères régaliens ont été confiés à trois spécialistes du droit, sans carrière politique et inconnus du grand public.

Please follow and like us:
error20
fb-share-icon0

Laisser un commentaire

EnglishFrench
Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial
Facebook0
fringilla facilisis libero. consectetur dapibus vel, ut suscipit venenatis, pulvinar tempus