Cameroun – Annonce du boycott des régionales par le SDF/Oumarou Fadil (militant du RDPC): «L’attitude du SDF ne nous surprend plus. Il en a toujours été ainsi à la veille de chaque élection, et après on observe un rétropédalage»

Oumarou Fadil archivesDans une interview accordée au journal Le Messager, l’ancien maire de la commune de Douala 3ème, membre influent du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais, apprécie la sortie du leader du Social Democratic Front, Ni John Fru Ndi, relative au boycott des élections régionales prévues cette année.

Dans une déclaration rendue publique le 2 septembre 2020, le président du Social Democratic Front (SDF), Ni John Fru Ndi, a annoncé que son parti ne prendra pas part aux élections régionales dans «les schémas actuels». L’opposant exige au préalable la résolution de la crise dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, ainsi qu’une réforme consensuelle du Code électoral.

Dans une interview accordée au quotidien Le Messager édition du 7 septembre 2020, Oumarou Fadil, membre influent du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC), le parti au pouvoir, affirme que «l’attitude du Sdf ne nous surprend plus. Il en a toujours été ainsi à la veille de chaque élection, et après on observe un rétropédalage. Le Sdf a pris part au double scrutin du 09 février 2020 avec même le code électoral et a obtenu des conseillers municipaux et des députés. Et bien avant ça des Sénateurs». Pour le militant du RDPC, exiger une révision du Code électoral «est donc un préalable dénué de tout fondement».

A propos de la résolution du conflit armé dans les régions anglophones, «je pense comme tous les camerounais d’ailleurs que le Chef de l’État qui est un mendiant de la paix a pris toutes les dispositions dans ce sens à travers des concertations, la mise sur pied d’une commission de désarmement. Sur le plan des idées, nous savons tous qu’il a apporté des solutions à toutes les revendications corporatistes. Et l’année dernière encore, il s’est agi du grand dialogue national présidé par le Premier ministre Chef du gouvernement. Nous avons vu des sécessionnistes abandonner des armes et souhaiter la paix et l’amour de la patrie», soutient l’ancien maire de la commune de Douala 3ème, qui ajoute que «les élections sont ouvertes à tout le monde».

Au sujet des élections régionales, c’est le 2 septembre dernier que le président Paul Biya a signé le décret répartissant le nombre de conseillers régionaux par département et par catégorie. Pour l’homme politique, «il faut remercier le président de la République Paul Biya pour cette avancée significative de la mise en place des institutions dans notre pays. C’est la preuve, s’il en était besoin de la démocratie concrète au Cameroun. Tout doit naturellement passer par les urnes qui sont la voie idéale d’expression du peuple. Ensuite, pour un souci d’équité, l’on a défini la base à 90 par région dont 70 délégués départementaux et 20 pour les autorités traditionnelles. Nous savons bien que chaque région a ses particularités et ses spécificités détaillées dans les départements et même les arrondissements, relativement à la démographie, et même à la taille du conseil municipal. J’ai un sentiment de satisfaction par rapport au dosage qui a été fait», se félicite l’homme politique.

Please follow and like us:
error20
fb-share-icon0

Laisser un commentaire

EnglishFrench
Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial
Facebook0
ut luctus ut elit. Lorem at id libero dictum dolor.