RÉGIE DU TERMINAL A CONTENEURS : PARI GAGNÉ

                Née à la suite du différend entre le Port Autonome de Douala et le groupement Bolloré SA-APMT Terminals, actionnaires de Douala International Terminal ancien concessionnaire du Terminal à Conteneurs du Port de Douala-Bonabéri, la RTC six mois après la reprise de l’exploitation du Terminal, dit avoir relevé le défi et les résultats parlent.

Près de 24 milliards de F CFA. C’est le chiffre d’affaires réalisé par la Régie du terminal à conteneur (Rtc) en six mois de fonctionnement sous pavillon camerounais et la jeune entité dit avoir manutentionné plus de 173 000 conteneurs. Ces performances ont été réalisées dans un contexte particulièrement difficile, notamment avec la systématisation de la baisse de 10% sur les tarifs de de prestation terre instruite par l’autorité portuaire de Douala couplée à d’importantes perturbations des installations numériques, la vétusté des équipements, une voirie en état de dégradation avancée et la survenance de la pandémie de la Covid-19.  C’est avec ces nombreux écueils qu’est entrée en service de la jeune entité créée par une résolution du conseil d’administration du port autonome de Douala (Pad) le 6 décembre 2019.

            Malgré ce contexte hostile, l’expertise camerounaise, après s’être approprié l’outil essentiel qu’est le Logiciel TOS NAVIS, l’ancien opérateur ayant rendu inaccessible TOS OSCAR qui gérait le Terminal à Conteneurs sous DIT, la RTC a opéré et traité 160 navires entre janvier et juin 2020.

            Au mois de juin, la Rtc a réalisé un pic de près de 11000 conteneurs livrés. Le pic de traitement journalier a quant à lui été réalisé le 14 mars avec 1180 conteneurs traités, la capacité journalière de traitement des conteneurs se situant autour de 1000 à 1500.

            Dans la même mouvance, le taux d’occupation des quais correspondant au temps mis pour le traitement des conteneurs a lui aussi été amélioré, soit 65%. En 2019 et à la même période, le taux d’occupation des quais était de 66%.

            Ces résultats ont ainsi permis à la Rtc de reverser plus de 6 milliards F de redevance fixe au Pad contre 4 milliards reversés difficilement en 2019 par l’ancien opérateur. En termes de perspectives, la Rtc va s’affranchir de la dépendance du système internet actuel par l’acquisition des serveurs offrant une meilleure autonomie. Fort de la confiance maintenue des grands armateurs, la Rtc par la voix de son directeur délégué, Faustin Dingana s’est engagé dans le processus d’alignement aux normes et standards internationaux.

             La confiance des lignes maritimes

            Les doutes au sein des lignes maritimes et des chargeurs, créés et entretenus au cours du mois de janvier 2020 par certains opérateurs sur la capacité de la Rtc à prendre en main et exploiter le terminal ont été rapidement évacués par les performances de la jeune structure, qui s’est rapidement approprié le nouveau système d’information Navis acquis en procédure d’urgence par le Pad. « Dans un élan de fierté nationale, nous avons mobilisé l’expertise camerounaise et l’ingénierie locale. Nous avons adopté des comportements professionnels résilients et adaptatifs », a souligné le directeur délégué de la Rtc, Faustin Dingana.

Please follow and like us:
error20
fb-share-icon0
MAX NDASSI
Author: MAX NDASSI

Laisser un commentaire

EnglishFrench
Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial
Facebook0
pulvinar ipsum risus mattis ut commodo commodo ipsum libero leo libero neque.