Calibri Calibro : « Si le sang d’un camerounais coule, l’ambassade du Cameroun à Paris prend feu »

Calibri Calibro : « Si le sang d’un camerounais coule, l’ambassade du Cameroun à Paris prend feu »

Ce message de l’activiste est contenu dans une vidéo qui tourne en boucle sur les réseaux sociaux depuis quelques heures. Le leader de la Brigade anti Sardinard (BAS), Thaim Abdoulaye alias « Calibri Calibro » menace ainsi d’incendier l’ambassade du Cameroun à Paris au cas où la manifestation insurrectionnelle projetée le 22 septembre prochain par Maurice Kamto venait à enregistrer des blessés dans les rangs des manifestants. Ce qui laisse donc désormais découvrir en mondovision, la collusion entre Kamto et les incendiaires du 26 janvier 2019.   

« Je le dis haut et fort, aux yeux et au su des autorités françaises : le sang d’un camerounais coule, l’ambassade du Cameroun à Paris prend feu. Je le dis et ce que Calibri dit, il le fait. Que je sois accompagné ou tout seul. Atanga Nji a dit, quand on touche une ruche, il faut être prêt à courir. Mais, on extrait aussi du miel avec du feu et avec de la fumée », lance le leader de la BAS dans cette vidéo devenue virale sur la toile.

A travers cette posture, Taim Abdoulaye alias « Calibri Calibro » menace d’incendier l’ambassade du Cameroun à Paris, au cas où la manifestation insurrectionnelle projetée le 22 septembre 2020 par Maurice Kamto, le président du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), enregistre des blessés dans les rangs des émeutiers.

Dans sa logique, Calibri Calibro appelle lâchement des renforts. « J’appelle mes frères de l’Allemagne, de Belgique. J’appelle mes frères de Youke, de Washington, de partout dans le monde à suivre l’exemple. Si les camerounais ne peuvent pas s’exprimer, c’est un droit constitutionnel, s’ils ne peuvent pas s’exprimer et qu’au-delà de cela, on les tue et on les blesse, les torture, alors il va falloir que nous prenons notre responsabilité », déclare-t-il.

L’activiste prend l’exemple du Général de Gaulle qu’il cite comme un exemple dans la lutte pour le changement en France. « Le Général de Gaulle a bafoué les lois pour changer la France et on ne l’a pas mis en prison. Il a bafoué les lois, aujourd’hui, c’est un héros. Tous ceux qui ont répondu à l’appel du général de Gaulle sont des héros. Il s’est battu contre l’oppresseur et je me bats contre la dictature », ajoute-t-il.

En écoutant religieusement Calibri Calibro, personne ne peut s’empêcher de découvrir la collusion entre Kamto et les incendiaires de l’ambassade du Cameroun à Paris.

En effet, le 26 janvier 2020, une cinquantaine de manifestants qui se présentaient comme des opposants au Président Paul Biya ont envahi la représentation diplomatique du Cameroun dans la capitale française à la suite de l’interpellation des militants du MRC au Cameroun, auteurs d’une manifestation non autorisée. Maurice Kamto était alors soupçonné d’être l’instigateur du saccage de l’ambassade du Cameroun à Paris.

Le président du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun a toujours réfuté en bloc une telle idée.  Aujourd’hui, des observateurs avertis pensent que le temps donne finalement raison aux partisans d’un tel soupçon car comment comprendre que le leader de la BAS encourage la démarche insurrectionnelle projetée pour le 22 septembre prochain sous les auspices de Maurice Kamto, alors que l’homme politique a toujours mordicus refusé d’avoir un lien avec les activistes de la Brigade anti Sardinard ? Dans un tel contexte, difficile de parler d’une coïncidence, car comme le dit si bien l’adage, « Il n’y a pas de fumée sans feu ».

Toutefois, une chose devrait faire au moins l’unanimité. C’est que le Cameroun qui évolue avec assurance sur la voie de son émergence sous l’égide du Chef de l’Etat, Paul Biya, n’a pas besoin des antipatriotes. Il ne sert donc à rien de toujours revendiquer, même quand l’on s’inscrit délibérément dans une démarche illégale (manifestation non autorisée par exemple).

Chaque camerounais sans distinction de chapelle politique ni ethnique, avant de réclamer, devrait d’abord avoir la clairvoyance de reconnaître les acquis du système en place et de se demander en toute circonstance, qu’est-ce que je peux moi aussi faire pour construire le pays plutôt que de le détruire par des revendications aveugles ?

Please follow and like us:
error20
fb-share-icon0

Laisser un commentaire

EnglishFrench
Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial
Facebook0
in Donec venenatis dolor. Nullam risus vel, Curabitur accumsan luctus