Est : La mine d’or de Colomine va générer 2000 emplois

La présente convention est valable pour une durée égale à celle du permis d’exploitation conformément à l’article 51 alinéa 1 de la loi N 2016/017 du 14 décembre 2016 portant code minier.

La convention Etat du Cameroun-Codias S.A. concernant le projet minier signée à Yaoundé, prévoit de produire pendant cinq ans 485 045 t de minerai, avec une quantité d’or de 187,42 kg, soit une cadence de production annuelle d’environ 500 kg la deuxième année.

Le projet vise à renforcer le tissu industriel existant, tout en participant fortement à l’amélioration de la balance commerciale du Cameroun. Celui-ci est projeté dans le cadre de la mise en valeur du projet, la création d’environ 500 emplois directs et plus de 1500 emplois indirects dans la globalité. Le projet qui envisage de renforcer les réserves d’or du Cameroun. Le projet minier vise à exploiter de manière optimale les ressources en or de Colomine contenues au sein de la zone d’exploitation.

Codias S.A, prévoit de conduire pendant cinq ans, 485 045 tonnes de minerai, avec une quantité d’or en métal de 1867,42 kg. Soit une cadence de production annuelle d’environ 500 kg d’or à partir de la deuxième année. La première étant consacrée à la construction de la mine et autres installations minières connexes à utiliser pendant la phase d’exploitation proprement dite. Cette prévision de production est adossée sur l’étude qui a été réalisée sur le marché international et dans le souci de maîtriser la technologique avant une augmentation éventuelle des capacités de production.

Afin d’assurer un transfert de technologie adéquat, Codias. S.A et les sociétés de projet veillent à inclure dans les différents contrats et partenariat des clauses spécifiques. Ceci étant, dans le cas où il existerait une unité de transformation locale sur le territoire de l’Etat capable de transformer l’Or fusionné. La société de Projet Mine devra vendre au moins 15% de la production totale de l’Or fusionné aux agréés à des conditions financières conformes aux conditions tarifaires et commerciales de référence pratiquées au plan international. Les parties sont astreintes à se conformer aux engagements internationaux pris par l’Etat et applicables à leurs activités, pour l’amélioration et la gouvernance dans le secteur minier, notamment ceux relatifs au processus de Kimberley et a l’initiative pour la transparence dans les Industries Extractives (ITIE). Les parties s’engagent ainsi à publier dans les espaces dédiés les paiements et la convention, sous réserve de la clause de confidentialité.A lire aussiLutte contre la tuberculose: le ministère de la Santé en campagne dans les camps des réfugiés de l’Est

Préférence nationale

La présente convention est valable pour une durée égale à celle du permis d’exploitation conformément à l’article 51 alinéa 1 de la loi N 2016/017 du 14 décembre 2016 portant code minier. Elle a une durée initiale de cinq ans, à compter de la date d’attribution du permis d’exploitation. Le projet a pour objectif de favoriser la création d’un cadre de brassages des populations camerounaises venant de divers horizons. Il vise également à promouvoir la protection et la promotion des valeurs culturelles.

Sur le plan local, il est question de donner la préférence à l’emploi des ressortissants camerounais, sous réserve de leur disponibilité lors de leur recrutement et du niveau de qualification et de l’expérience professionnelle requis. Par conséquent, les sociétés de projet, les cocontractants et sous-traitant, s’engagent à recruter leur personnel opérationnel travaillant sur le projet au Cameroun de la manière suivante : Parmi les ressortissants camerounais locaux résidant dans la zone d’exploitation, parmi les employés du bâtiment camerounais de l’entrepreneur et de construction ; et à travers le Cameroun et parmi la diaspora camerounaise. Le projet d’exploitation de la petite mine d’or de Colomine, est situé à 170 km au Nord-Est de la ville de Bertoua, dans l’arrondissement de Ngoura, département du Lom et Djerem. Il couvre une superficie de 20 km2.A lire aussiElections à l’Est: les autorités soupçonnées d’enregistrer des réfugiés centrafricains sur les listes électorales

error
erica
Author: erica

admin

Donec et, leo. non ultricies amet, dapibus Nullam venenatis porta. luctus eleifend