Gouvernance : La corruption ne recule pas au Cameroun

Dans l’indice de perception de la corruption publié hier par l’Ong Transparency International, le pays est classé 153ème sur 180 pays (en dégringolade de 13 places en quatre ans), loin derrière la Côte d’Ivoire.

Au Cameroun, la corruption est une pieuvre qui résiste contre vents et marées. La preuve est contenue dans le récent rapport publié par l’Organisation non gouvernementale (Ong) Transparency International, lequel rapport rend compte de l’indice de perception de la corruption (Ipc) dans le monde en 2019. Le rapport publié hier, jeudi, 23 janvier 2020, classe le Cameroun au 153ème rang sur un échantillon de 180 pays ayant fait l’objet d’une enquête de Transparency International. En termes de notation, le pays de Paul Biya obtient 25 points sur 100 possibles en valeur absolue. Loin derrière d’autres pays de l’Afrique subsaharienne comme la Côte d’Ivoire (35/100), ou encore du Sénégal (45/100), bien que ces deux pays aient, eux aussi, connu une dégringolade. On est loin de la 145ième place obtenue par notre pays en 2016 (26/100).

Le Cameroun partage sa position actuelle avec la République Centrafricaine et les Comores, logés à la même enseigne que la vitrine de l’Afrique centrale. La perception de la corruption du secteur public est attribuée aux experts et aux hommes d’affaires. Une fois encore, Transparency International constate, pour le déplorer, « l’insuffisance des réformes entreprises en dépit des mécanismes d’intégrité mis en place par son gouvernement ».
Selon l’organisation, la notation du Cameroun reflète une variété d’observations portant sur une manière dont le climat social, politique et économique affecte la compétitivité dudit pays. Au plan global, des analyses suggèrent une réduction des quantités importantes d’argent qui circule dans la politique au profit de la promotion d’une politique inclusive, car la prise de décisions est essentielle pour lutter contre la corruption.

Article 66
En effet, écrit maître Henry Njoh Manga, président de TI-Cameroun, « Malgré le vote en juillet 2016 d’un nouveau code pénal internalisant certaines infractions de la convention des Nations Unies contre la corruption, il est regrettable que de nombreux instruments manquent au dispositif de lutte contre la corruption, tels que la Loi anti-corruption, la non ratification de la Convention de l’Union Africaine contre la corruption, la non application de l’article 66 de la Constitution sur la déclaration des biens et avoirs, l’absence d’incrimination contre l’enrichissement illicite et la protection juridique des lanceurs d’alerte, de militants anticorruption, des enquêtes et de journalistes rapportant des cas de corruption. » Pourtant, dans la théorie, le Cameroun au plan institutionnel affiche depuis 2005 une volonté de garantir un maximum de transparence dans la gestion des affaires et des marchés publics.

Dans cette perspective, Le président de la République a créé tout un ministère en charge des Marchés Publics, à côté d’autres instruments existants comme la Commission anti-corruption (Conac), l’Agence nationale d’investigations financières (Anif), l’Agence de régulation des marchés publics (Armp) et l’Initiative de transparence dans les industries extractives au Cameroun (Itie Cameroun).
Seulement, de l’avis de nombre d’observateurs, ces efforts sont dilués par l’absence des mesures concrètes. La dernière dénonciation en date est la sortie du patronat. Par la voix de Célestin Tawamba, le président du Groupement inter patronal du Cameroun (Gicam), il fustigeait le week-end dernier ses rapports exécrables avec l’actuel directeur des impôts, toutes choses qui impactent considérablement le climat des affaires déjà détérioré. Un climat des affaires toujours en quête d’assainissement malgré les promesses faites depuis dix ans par le Cameroon Business Forum (CBF), une rencontre de synergie entre le secteur public et le secteur privé.

richard fopa
Author: richard fopa

Vous avez peut-être manqué

EnglishFrench
neque. eleifend id elit. ut elementum sem,