La fièvre de Lassa a tué 29 personnes au Nigeria dans le seul mois de janvier

Les autorités ont pris des mesures d’urgence pour endiguer l’épidémie, qui a fait 170 morts dans le pays en 2019.

Les autorités sanitaires nigérianes ont pris des mesures d’urgence pour faire face à une augmentation des cas de fièvre de Lassa, une maladie qui a tué 29 personnes en janvier, a annoncé le Centre nigérian de contrôle des maladies (NCDC). « Au 24 janvier 2020, 195 cas confirmés et 29 décès ont été signalés dans 11 Etats », a déclaré le NCDC dans un communiqué daté du samedi 25 janvier.

L’agence a activé un centre national d’opérations d’urgence pour coordonner la réponse « au nombre croissant de cas de fièvre de Lassa » dans tout le pays. La fièvre de Lassa, qui est endémique au Nigeria, appartient à la même famille que les virus Ebola et Marburg, mais elle est beaucoup moins mortelle. La transmission se fait par les excrétions de rongeurs ou par contact direct avec du sang, des urines, des selles ou d’autres liquides biologiques d’une personne malade. Une fois déclarée, la fièvre est suivie d’hémorragies.Lire aussi  Le Nigeria s’organise pour contrer le nouveau coronavirus de Chine

Le Nigeria a déclaré une épidémie de fièvre de Lassa il y a un an et environ 170 personnes sont mortes du virus en 2019. Selon les responsables sanitaires, il y a généralement une augmentation du nombre de cas en janvier, pendant la saison sèche que connaît le pays. Près de 90 % des cas récemment confirmés ont été relevés dans trois Etats du sud (Edo, Ondo et Ebonyi), mais il y a également eu des décès dans le nord du pays. Le Nigeria, pays le plus peuplé d’Afrique avec quelque 200 millions d’habitants, dispose de cinq laboratoires capables de diagnostiquer la fièvre de Lassa.

richard fopa
Author: richard fopa

Vous avez peut-être manqué

EnglishFrench
ut commodo elit. porta. ut efficitur. sit