booked.net 2019/05/23

Au Cameroun, une situation humanitaire « urgente » souligne l’ONU

A Cameroonian elite Rapid Intervention Battalion (BIR) member walks along an empty street while patroling in the city of Buea in the anglophone southwest region, Cameroon October 4, 2018. Picture taken October 4, 2018.REUTERS/Zohra Bensemra - RC134FA86E20

Selon le secrétaire général adjoint de l’ONU pour les affaires humanitaires, « un Camerounais sur six a besoin d’aide », soit 4,3 millions de personnes.

Au Cameroun, « il y a urgence » à accroître l’aide humanitaire et à la financer afin d’éviter une situation « hors contrôle », a affirmé lundi 13 mai le secrétaire général adjoint de l’ONU pour les affaires humanitaires Mark Lowcock, lors d’une réunion informelle inédite du Conseil de sécurité sur ce pays. « Un Camerounais sur six a besoin d’aide humanitaire, de protection », soit 4,3 millions de personnes, notamment des enfants et des femmes. « Huit régions sur les dix du pays sont touchées par la crise humanitaire », a ajouté Mark Lowcock, lors de cette session organisée par les Etats-Unis en dépit de l’opposition de Yaoundé et des membres africains du Conseil.

La situation humanitaire au Cameroun « n’est pas une menace pour la paix et la sécurité internationales » et « elle doit être gérée par le gouvernement camerounais », a ainsi affirmé Anatolio Ndong Mba, ambassadeur de Guinée équatoriale, membre non permanent du Conseil. Il s’exprimait aussi au nom des deux autres pays africains de cette instance, l’Afrique du Sud et la Côte d’Ivoire. « Ce sont les Africains qui doivent régler les problèmes africains », a-t-il ajouté, en évoquant plusieurs organisations régionales africaines. « Pour autant que les autorités camerounaises le souhaitent », a-t-il précisé.

« 500 000 personnes déplacées »

Il s’agissait de la première réunion du Conseil de sécurité sur ce dossier, alors que les grandes puissances avaient privilégié jusqu’alors les pressions bilatérales sur le président Paul Biya pour inverser le cours des choses. La crise a débuté en 2016 avec des revendications pour davantage de représentativité anglophone dans ce pays à majorité francophone, avec un retour au fédéralisme. Une minorité de contestataires réclamait l’indépendance et la proclamation d’un nouvel Etat, l’Ambazonie.

Face à l’intransigeance de Yaoundé et à la répression des manifestations pacifiques, le conflit s’est durci. Fin 2017, une partie des séparatistes a pris les armes et des combats les opposent depuis à l’armée. Aujourd’hui, « 500 000 personnes sont des déplacés internes, la plupart restant cachées dans des forêts » et « plus de 600 000 enfants sont privés d’éducation » dans les régions anglophones concernées, a indiqué Mark Lowcock, en dressant un tableau sombre de la situation.

Face à la dégradation humanitaire, « nous avons besoin d’une riposte plus globale », notamment de financement international, a-t-il souligné. Les besoins sont de 300 millions de dollars (267 millions d’euros), mais seulement 38 millions ont été mis à disposition, a indiqué le responsable de l’ONU.

1 850 morts en vingt mois

Dans un communiqué, le ministère camerounais des relations extérieures a minimisé l’importance de la réunion de l’ONU. Il ne s’agit que d’un « échange de vues » n’engageant « en rien » le Conseil, ajoute le communiqué, en critiquant « l’obsession » de pays « à agiter et exagérer le spectre d’une crise humanitaire » au Cameroun. « Nous faisons face à la sécession, au terrorisme, à l’insurrection, et nous y ferons face », a insisté l’ambassadeur camerounais à l’ONU, Michel Tommo Monthe. Si de l’aide est apportée, elle ne doit pas s’effectuer « pour mais avec » le Cameroun, a-t-il précisé.

Selon le centre d’analyses géopolitiques International Crisis Group, le conflit a fait 1 850 morts en vingt mois. Le Nigeria accueille 35 000 réfugiés, pour la plupart des femmes et des enfants, selon l’ONU. Pour l’ONG Human Rights Watch (HRW), les Européens notamment ne sont pas assez actifs sur le dossier du Cameroun.

Lire aussi  Cameroun : une chercheuse de Human Rights Watch interdite d’entrée sur le territoire

Il faut que ce dernier entre dans le programme de travail formel du Conseil de sécurité, que le gouvernement camerounais lutte contre l’impunité pour les crimes commis et qu’un accès humanitaire bien plus large soit accordé, estime Ilaria Allegrozzi, une chercheuse de HRW, dont l’entrée au Cameroun a été récemment refusée, sans explications.

Le Monde

Laisser un commentaire